Culture et loisirs
Libérer sainement la créativité
C’est une lapalissade de dire que Guédiawaye regorge de potentialités. L’équipe municipale compte en tirer, de façon saine, le meilleur au profit des populations. L’esprit créatif des populations de la banlieue est un secret de polichinelle.
C’est notamment le cas à Guédiawaye où beaucoup d’artistes sont originaires et, pour l’essentiel, continuent d’y vivre. On peut citer, entre autres, Adiouza, Dial Mbaye, Maty Thiam Dogo, Ouza Diallo, Tanor Tita Mbaye… A côté de ces chanteurs de renom, des centaines d’autres groupes évoluent dans des domaines aussi divers que le théâtre, la peinture, le cinéma, l’artisanat et la littérature.

Parmi ceux-là, on peut citer le cinéaste Massèye Niang et l’écrivain Marouba Fall. Autant d’énergies et de talents, dont certains sont en latence, que l’équipe municipale de Guédiawaye œuvre à libérer. C’est dans ce cadre que s’inscrivent la multitude de festivals et de manifestations initiées par les acteurs culturels locaux. A ce propos, «Miss Guédiawaye et Magic Mirror», qui est un concours de la plus belle fille de la ville qualificatif pour Miss Dakar dans le cadre de Miss Sénégal, occupe une place de choix dans l’agenda culturel et touristique local. Cet événement, qui s’est affirmé au fils des ans comme un temps fort de la ville de Guédiawaye, est aussi un concours du meilleur styliste de la ville qualificatif pour les ciseaux d’or.

Les objectifs visés par ses promoteurs sont : la mise en valeur de l’élégance, de l’intelligence et du charme de la jeunesse de la banlieue et l’épanouissement des jeunes filles pour une meilleure insertion dans la société, car ce concours a permis à de jeunes filles de la localité d’intégrer de grandes firmes de l’industrie de la mode. C’est sans doute pour soutenir les inlassables efforts des autorités municipales dans leur volonté de booster l’éclosion culturelle dans cette localité qui polarise 5 communes (Wakhinane-Nimzath, Médina-Gounass, Ndiarème-Limamoulaye, Sam-Notaire et Golf-Sud) que les pouvoirs publics ont pris la décision de définir une stratégie exclusivement consacrée à la banlieue (Pikine et Guédiawaye).
Au niveau des loisirs, il faut retenir que la poussée démographique a eu pour principale conséquence la raréfaction d’espaces qui y sont consacrés. C’est ainsi que les populations, notamment la frange la plus jeune, se rabat sur les rares terrains vagues pour jouer au football, organiser des combats de lutte (mbapatt) ou, pour les adolescentes et les femmes d’âge assez mûre, s’adonner à des séances de tam-tam (sabar ou tanebeer). D’ailleurs, le complexe Le Ravin fait office, à Guédiawaye, de fierté.
Chers citoyens de Guédiawaye, c’est avec une immense fierté que mon équipe et moi entamons ce mandat. Je connais et mesure la tâche à accomplir et l’importance de mes devoirs vis-à-vis de la population. Mais, pour relever le défi de conduire notre ville vers la voie de l’émergence, j’ai à mes côté une équipe dynamique et efficace... Lire plus
L'Agenda de la mairie